Théâtre : La source des saints
Théâtre

La source des saints

John Millington Synge - Michel Cerda

« Aujourd’hui, qui se préoccupe de ce qui n’est pas, du sensible, dans un monde qui aurait tendance à se charger de ce qui est, d’un réel qui nous endort et nous rend aveugle » ? Michel Cerda.

Dans La source des saints, John Millington Synge, poète et dramaturge irlandais de la fin du 19e et du début du 20e siècle (il meurt en 1909 à 37 ans), met en scène une femme et un homme aveugles qui errent sur la lande. Ils sont pauvres, sales et laids, même si pour plaisanter les habitants de la région leur ont au contraire fait croire à leur grande beauté. Ils vivent de la charité publique, et leur vie passe dans l’acceptation de leur handicap, comme une fatalité contre laquelle il serait vain de se révolter. Jusqu’au jour où l’on signale l’arrivée d’un saint homme, qui dispose d’une fiole remplie d’un liquide magique, qui a pour effet entre autres de rendre la vue aux aveugles ! Ils en bénéficient tous les deux, et le monde difficile mais relativement stable où ils évoluaient jusqu’à présent s’écroule. D’une part, ils se découvrent tels qu’ils sont, c’est à dire en fait très laids, se disputent et se quittent. Martin tombe amoureux de Molly, fort jolie femme qui le dédaigne. Il doit travailler et se fait exploiter par le forgeron. Comme le remède est provisoire, ils reperdent progressivement la vue. Lorsque le saint homme passe à nouveau, ils le chassent et détruisent la fiole, préférant la cécité définitive… Entre farce et tragédie, une réflexion sur le réel et l’imaginaire, portée par de magnifiques comédiens dans une langue aux fulgurances poétiques.


TEXTE FRANÇAIS Noëlle Renaude
MISE EN SCÈNE Michel Cerda
AVEC Anne Alvaro, Yann Boudaud, Bénédicte Cerutti, Cyril Texier, Arthur Verret
ET LA PARTICIPATION DE Silvia Circu
SCÉNOGRAPHIE Olivier Brichet
LUMIÈRES Marie-Christine Soma
SON Arnaud de la Celle
COSTUMES Olga Karpinsky
COLLABORATION ARTISTIQUE Charles Dubois, BRUITEUR
RÉGIE GÉNÉRALE Florent Gallier


© Jean-Pierre Estournet • production déléguée Compagnie le Vardaman • coproductions Le Studio-Théâtre de Vitry Théâtre Jean Vilar,Vitry-sur-Seine • avec le soutien de la DRAC Île-de-France, ARCADI, ADAMI, SPEDIDAM.

Presse

Superbement restitué par la sobre mise en scène de Michel Cerda, le langage des marginaux de Synge est porteur de bonheur et de liberté. LA TERRASSE
Formidables en clochards amoureux, Anne Alvaro et Yann Boudaud rendent un brillant hommage au mauvais esprit de Synge, sous la direction experte de Michel Cerda. LES INROCKS

Horaires et lieux

23/04/2019 20H30 Théâtre du Beauvaisis  

Tarifs

durée 2h10
tarif général

- Bord de scène - à l’issue de la représentation
- Rencontre philo - Qu'est-ce que la mauvaise foi ? - lundi 6 mai 19h30

Photos et Vidéos

Abonnez vous à notre Newsletter

Recevez les nouvelles publications par mail.